Déplacements de la FSU dans le réseau AEFE

samedi 26 novembre 2022
popularité : 34%

Cette page recense nos déplacements effectués dans les établissements du réseau AEFE depuis le mois d’octobre 2022.

Mises à jour régulières.

Voir aussi la page Déplacements sur le site du SNUipp-FSU hors de France

Déplacement à Munich

23 novembre 2022

Deux militants des secteurs hors de France de la FSU (SNES et SNEP) se sont déplacés au Lycée français Jean Renoir de Munich pour rencontrer les collègues, intervenir lors d’une heure d’information syndicale, échanger avec la direction de l’établissement et rencontrer les membres du Betriebsrat.

La matinée du 23 novembre a permis de rencontrer les membres du Betribsrat de l’établissement et d’établir des convergences pour renforcer la représentativité dans les commissions de recrutement pour l’établissement, dans le cadre des instances existantes confirmé par la victoire de la FSU en Conseil d’État, qui a obtenue le rétablissement des commissions consultatives paritaires. La question des éléments de rémunérations des PDL a été abordée et la FSU soutien l’ouverture de négociations. L’inflation galopante en Allemagne ampute les salaires et pour l’instant les augmentations de salaires pour rattraper une partie de cette inflation n’est pas encore à l’ordre du jour. Cette situation ne peux aucunement perdurer.

Lors des deux heures d’information syndicale l’après midi, nous avons insisté sur les revendications propres de la FSU (fin du bornage des détachement limité à 6 ans, revalorisation salariale, opposition à la reforme du bac Blanquer etc) . Le point a été fait sur l’état du réseau AEFE et son évolution au regard du projet CAP 2030 du Président Macron. L’accent a été mis sur l’enjeu primordial des élections professionnelles de décembre à l’AEFE (comme au MEN pour les détachés), pour défendre les droits de tous les personnels, locaux comme détachés. Pour la FSU, la maîtrise des textes, l’investissement complet des instances, et l’articulation avec le secteur hors de France, permettent d’agir de manière concrète. Des collègues présents ont remercié la FSU de défendre l’opérateur public face aux attaques nombreuses (sur nos statuts, sur l’évolution du réseau en privilégiant systématiquement le privé, etc.)

L’entrevue avec le proviseur adjoint a été l’occasion d’échanger de manière conviviale autour de la nécessité de fluidifier le dialogue social et l’information de la communauté éducative, et de bien prendre la mesure des pressions financières que l’inflation en Allemagne font peser sur les personnels de droit local. Cette journée bien chargée à permis de poursuivre la dynamique syndicale installée de longue date dans cet établissement.

Déplacement à Valence

22 novembre
Compte rendu à venir

Déplacement à Dakar

17-18 novembre

Un militant du secteur hors de France du SNES-FSU a passé deux jours au sein du lycée français de Dakar pour animer un stage de formation syndicale, rencontrer les collègues, intervenir lors d’une heure d’information syndicale et, accompagné de la secrétaire de la section, échanger avec la direction de l’établissement.

Le stage de formation syndicale avait pour fil directeur l’action syndicale dans l’établissement, les moyens de créer du collectif pour défendre les droits de tous les personnels, locaux comme détachés. Maîtrise des textes, investissement complet des instances, articulation avec le secteur hors de France, tels sont les leviers de l’action d’une section syndicale SNES-FSU. A cet égard, l’implication sans faille des militants de la section et sa contribution à un dialogue social pas toujours aisé localement sont dignes d’éloges !

L’entrevue avec la direction de l’établissement a été l’occasion de lui signifier la nécessité :
- de resserrer le lien par trop distant qu’elle entretient avec certains textes de l’Agence comme ceux qui régissent les recrutés locaux (circulaire 515 et guide de gestion) ;
- de fluidifier le dialogue social et l’information de la communauté éducative ;
- de ne pas minorer les problèmes matériels que rencontre l’établissement et leur impact sur la santé et la sécurité au travail des personnels.

L’implication sur la durée de la section SNES Sénégal et du secteur hors de France sont à la hauteur des enjeux soulevés par les questions abordées durant ces deux journées denses et stimulantes.



Déplacement à Londres

10 novembre

C’est une délégation FSU, composée de deux militants des secteurs hors de France du SNUipp et du SNES, qui a rencontré les collègues du primaire et du secondaire lors d’une heure d’information syndicale au lycée Charles De Gaulle de Londres.

Les échanges ont porté sur les combats menés par la FSU (défense de l’opérateur public AEFE, refus du bornage des détachements, respect des textes de l’Agence par les chefs d’établissement...) et sur les combats qu’elle entend mener pour et avec les personnels, aussi bien détachés que recrutés locaux :
- pour la revalorisation des salaires ou de l’ISVL pour faire face à l’inflation qui est très élevée à Londres (10%) ;
- pour un avantage familial qui soit une véritable prestation familiale et pas simplement défini par le montant des frais de scolarité (qu’il ne couvre même pas à Londres !) ;
- pour la transposition de droits existant en France, tels le congé parental, le congé formation, le congé de proche aidant...
- pour restaurer le sens de nos métiers, altéré par la réforme du lycée et du bac.

La rencontre avec la direction de l’établissement a permis de rappeler que le respect des textes de l’Agence s’imposait à l’établissement. Invoquer le contexte concurrentiel ou le droit local ne saurait justifier qu’un établissement de l’AEFE s’exonère à la fois des principes, de la lettre et de l’esprit de l’Agence : les commissaires paritaires doivent pouvoir faire leur travail qui garantit la transparence et l’équité du recrutement des personnels de droit local ; les personnels du premier degré doivent pouvoir exercer leur droit à réunion syndicale ; les recrutés locaux, qui ont le droit de grève, sont couverts par les préavis des organisations syndicales françaises.



Déplacement à Ankara et Istanbul

8 et 9 novembre

Deux militant.es du SNES-FSU et du SNUipp-FSU hors de France ont conjointement animé des réunions d’information syndicale dans les lycées Charles-de-Gaulle d’Ankara (EGD) et Pierre Loti d’Istanbul (conventionné). Ces rencontres ont réuni une quarantaine de collègues des 1er et 2nd degrés.

L’accent a été mis sur l’enjeu primordial des élections professionnelles de décembre prochain à l’AEFE comme au MEN, l’importance d’activer adresse @aefe.fr et compte ORION afin de permettre la poursuite du combat que mène la FSU pour l’établissement public AEFE. Les collègues présents ont questionné sur le droit d’option pour la rentrée 2023 et ses conséquences en terme de contrat et de droit à l’indemnité de changement de résidence.

La forte inflation en Turquie (plus de 100 % sur un an) n’est plus compensée par la dévaluation de la livre turque et est source d’inquiétude pour les PDL de ces deux établissements alors que les négociations salariales ne sont pas envisagées dans un futur proche.

La rencontre avec la Direction du lycée français d’Ankara a permis de faire le point sur l’organisation des élections à venir au sein du lycée (activation des comptes, référent informatique, affichage des professions de foi et listes...), sur le nombre de postes gelés suite à la quasi absence de personnels détachés l’an dernier. La FSU a dénoncé la mise en place de certains éléments de rémunérations des PDL sans qu’ils en aient été préalablement informés et sans avoir établi un calendrier de négociations. En sus de l’inflation galopante, certains PDL voient donc leur salaire amputé de certaines primes « fonctionnelles » !

A Istanbul, l’organisation des élections à venir au sein du lycée (affichage des professions de foi et listes inadaptés...), les postes gelés de détachés, les rémunérations de PDL, les difficultés financières de cet établissement conventionné et le problème des cartes de séjour ont fait parti des sujets évoqués avec la Direction. Un certain malaise règne cependant dans cet établissement ; une gestion trop pyramidale de la Direction, un manque de dialogue certain ont entraîné un second report des élections du conseil d’établissement où aucune liste ne souhaite se présenter tous degrés/collèges confondus.


Déplacement au Caire

Du 16 au 17 octobre

Deux représentants du SNES-FSU et du SNUipp-FSU se sont portés à la rencontre des personnels du lycée français du Caire le 16 et 17 octobre. Ils ont animé des heures d’information syndicale sur les 4 sites de l’établissement, assuré des permanences pour répondre aux questions des collègues et rencontré la direction au complet. Ils ont notamment soulevé les problèmes concernant les contrats des recrutés locaux (nature des contrats, grilles, reclassement) et demandé que l’établissement applique sans barguigner les textes de l’AEFE sur les recrutés locaux (circulaire 515 et guide de gestion).

Avec les représentants SNES et SNUipp, ils ont demandé à la direction le respect des prérogatives des instances, notamment la CCPL, et de la circulaire de l’Agence sur les instances de l’établissement. Enfin les questions d’hygiène et de sécurité ont fait l’objet d’une alerte.

Une assemblée générale des syndiqué·es SNES-FSU a permis de faire le point sur la vie syndicale très active dans un établissement où la force du collectif permet souvent de peser et d’être entendus.



Déplacement au Maroc

Du 9 au 14 octobre

Le SNES hors de France et le SNUipp Hors de France ont effectué une tournée syndicale au Maroc. Ils étaient accompagné du Secrétaire générale de notre syndicat aux Affaires étrangères, le SUPMAE-FSU, Fouad Bououden. Avec nous également les responsables SNES-FSU Maroc, Hamid Laaroussi et Emmanuelle Baglin, SNUipp-FSU Maroc.

Un programme très dense nous a conduits à Rabat, Meknes, Casablanca, Marrakech. Les matinées étaient consacrées à l’AEFE avec heures d’information syndicale et rencontre avec l’administration. Les après midi étaient quant à eux dédiés aux collègues des réseaux diplomatique et consulaire, comme de l’Institut français au Maroc. Nous avons également fait un point avec la COCAC à Rabat sur l’ensemble des questions soulevées par les personnels.

La question des rémunérations des personnels de droit local a été au coeur des débats, comme les questions relatives aux titulaires détaché·es que portent les syndicats de la FSU.



Déplacement à la Haye et Bruxelles

6 et 7 octobre

Deux militant.es du SNES-FSU et du SNUipp-FSU hors de France ont conjointement animé des réunions d’information syndicale dans les lycées Van Gogh de La Haye et Jean Monnet de Bruxelles. Ces rencontres ont réuni une quarantaine de collègues des 1er et 2nd degrés.

Le point a été fait sur l’état du réseau AEFE et son évolution au regard du projet CAP 2030 du Président Macron. L’accent a été mis sur l’enjeu primordial des élections professionnelles de décembre prochain à l’AEFE comme au MEN, l’importance d’activer adresse @aefe.fr et compte ORION afin de permettre la poursuite du combat que mène la FSU pour l’établissement public AEFE. Les collègues présents ont questionné sur le droit d’option pour la rentrée 2023 et ses conséquences en terme de contrat et de droit à l’indemnité de changement de résidence.

La forte inflation aux Pays-Bas (17%) est source d’inquiétude pour les PDL alors que les négociations salariales n’ont pas encore débuté en vue d’un rattrapage de leur pouvoir d’achat très impacté. Il en est tout autrement au lycée français de Bruxelles (inflation à plus de 10%) où la loi belge oblige l’employeur AEFE à aligner les salaires des recrutés locaux sur l’inflation.

La rencontre avec la Direction du lycée français de Bruxelles a permis de faire le point sur l’organisation des élections à venir au sein du lycée (activation des comptes, référent informatique ...), sur le nombre de postes gelés suite à la quasi absence de personnels détachés l’an dernier. Des sujets propres à l’organisation interne de l’établissement ont été soulevés. Il a été rappelé à la Direction la nécessité d’organiser une concertation avec les organisations syndicales représentatives sur les remontées à venir concernant les loyers en vue de rebasage de l’ISVL en janvier 2023.