Examens 2022 dans les centres à l’étranger

jeudi 5 mai 2022
popularité : 21%

Mise à jour du 5 mai

Le BO du 5 mai stipule que les professeurs correcteurs bénéficieront d’un forfait de 4 demi journées libérées de cours pour corriger les EDS, à utiliser au choix durant la période de correction. C’est une avancée à mettre au crédit de l’action syndicale, en particulier du SNES-FSU qui n’a cessé d’intervenir sur ce sujet ces dernières semaines. Voir l’article du SNES national.

Le texte qui s’applique à l’Agence, la note de service sur les examens que vous trouvez ci-dessous (mise à jour du 7 avril), indique que les correcteurs peuvent bénéficier de décharges de cours, sans indiquer ce volume de décharge qui a été défini par le ministère postérieurement. Il n’y a pas de raison que ce volume de décharge soit inférieur à l’AEFE, car il répond au même problème (corriger tout en assurant les autres tâches : cours, évaluations, conseils de classe, réunions, projets...), et les modalités de correction sont déterminées par le MEN et la division des examens (DEC) de l’académie partenaire.


Mise à jour du 7 avril

La note de service AEFE sur les examens a enfin été validée et transmise aux établissements. Elle formalise les éléments discutés lors du groupe de travail du 1er février 2022, en particulier concernant les décharges de cours pour les correcteurs, l’organisation, la rémunération.

D’autre part, les aménagements des épreuves obtenus par la mobilisation des personnels le 13 janvier (voir plus bas dans cet article) sont actés dans le BO du 7 avril pour la session 2022 (et les épreuves anticipées de la session 2023).


Mise à jour du 3 mars

Le calendrier des épreuves 2022 du baccalauréat à l’étranger a enfin été publié au BO du 3 mars 2022 !


Mise à jour du 31 janvier

Le ministre de l’Éducation nationale a enfin fait des annonces relatives à la session 2022 du baccalauréat. Ces annonces sont à mettre au crédit de la mobilisation des personnels qui, avec le SNES-FSU, ont largement agi et témoigné ces dernières semaines de l’impossibilité de préparer sereinement ces épreuves dans le contexte sanitaire actuel. Les mesures annoncées par le ministre le 28 janvier :
- report au mois de mai des dates des épreuves d’enseignement de spécialité, sur la base des programmes de mars et avec des aménagements de sujets (en France : 11-12-13 mai) ;
- les évaluations des compétences expérimentales (ECE) se dérouleront dans la semaine qui suit ;
- suspension de l’attestation de langues vivantes cette année ;
- diminution du nombre de textes pour l’oral de français : 16 en voie générale et 9 en voie technologique ;
- le contrôle continu en cours de formation en EPS pourra être ramené de trois à deux épreuves "partout où cela sera nécessaire".

Nous avons interrogé l’AEFE : toutes ces mesures sont bien applicables aux centres d’examens à l’étranger. Pour ce qui est des dates de passation des épreuves , elles doivent encore être actées pour ces centres à l’étranger, au terme d’échanges entre les zones et les divisions des examens (DEC) des académies de rattachement pour prendre en compte les périodes de vacances. A priori cela devrait être aux alentours de la mi-mai pour les épreuves de spécialités, possiblement le 16-17-18 mai. Le calendrier des épreuves à l’étranger devra ensuite faire l’objet d’une publication au Bulletin officiel, en février.

L’horizon s’éclaircit en partie sur le bac, mais bien d’autres questions restent en suspens (quels aménagements pour le DNB ? quels aménagements des programmes après 3 ans de scolarité sous Covid ?) Le SNES-FSU continue de porter ses demandes auprès du ministère. Il y a urgence à prendre la mesure des conséquences pédagogiques de la crise sanitaire.


(article du 22 décembre, actualisé le 13 janvier)

Dates des épreuves 2022 pour les centres de l’étranger :

- pour le DNB à l’étranger : BO n°47 du 16 décembre 2021 DNB - Organisation dans les centres ouverts à l’étranger

- pour le baccalauréat à l’étranger : le texte n’est toujours pas paru au BO, il est déplorable que les collègues et leurs élèves ignorent encore la date des épreuves de spécialités ! La préparation à ces épreuves est déjà en butte à un calendrier extravangant qui impose une course au programme stressante pour les enseignants comme pour les élèves, à des programmes particulièrement chargés, au contexte sanitaire qui impose parfois un enseignement à distance... Le manque de visibilité sur les dates d’examen ne fait que rajouter à la souffrance professionnelle des enseignants !

Face à la casse du caractère national de l’examen et aux effets délétères de ce bac local, la FSU et d’autres organisations syndicales s’opposent à la tenue des épreuves de spécialités en mars et exigent leur report au mois de juin ; elles appellent au retour à un baccalauréat avec ses épreuves nationales, ponctuelles, terminales et anonymes - voir le communiqué intersyndical du 14 décembre.
- Suite à la mobilisation historique du 13 janvier, le ministre a ouvert des consultations sur un report des épreuves de spécialité à la fin de l’année scolaire, le SNES-FSU maintient la pression, voir cet article.
- Signez et faites signer la pétition intersyndicale pour le report en juin des épreuves de spécialité !


Documents joints

Note AEFE examens 2022