Mission laïque française (MLF)

La Mission laïque française est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’intérêt public. Implantée dans 39 pays, elle compte 111 établissements et scolarise plus de 55 000 élèves, dont 71% sont de nationalité étrangère.

Il existe quatre types d’établissements :

  • le réseau des EPR (Établissements en pleine responsabilité de la MLF) ;
  • le réseau OSUI (Office scolaire et universitaire international), qui regroupe en fait les EPR du Maroc ;
  • les écoles d’entreprise ;
  • les établissements "partenaires" de la MLF ; les écoles de l’AFLEC (voir plus bas) font partie du réseau des établissements partenaires de la MLF.

Les contrats ainsi que les conditions de rémunération et de travail varient sensiblement selon le type d’établissement, et le recrutement des détachés ne fait l’objet d’un examen en Commission consultative paritaire (CCP) que pour les trois premiers types d’établissements.

Depuis les élections professionnelles de 2012, le SNES-FSU et le SNUipp-FSU détiennent 3 sièges sur 4 à la Commission consultative paritaire de la MLF. Aux élections de 2015, les syndicats de la FSU ont encore progressé et leur position majoritaire au sein de la MLF se voit ainsi confortée.

La MLF, dans un souci d’économie, ne recrute quasiment que des certifiés et le barème de présélection en CCP favorise les échelons les moins élevés. La polyvalence est souvent de mise, surtout dans des structures à faibles effectifs. Par exemple, un certifié de lettres peut être recruté afin d’enseigner les lettres, l’histoire-géographie et la philosophie ! De plus, la hiérarchie et les parents des écoles d’entreprise peuvent être parfois très exigeants.

Nature et durée des contrats


- Les collègues détachés auprès d’un EPR (y compris OSUI) sont régis par le "Statut commun des détachés" de la MLF, qui a le mérite d’offrir certaines garanties et de reconnaître certains droits. Toutefois, le SNES-FSU en dénonce certaines clauses (par exemple un service de 18h pour les agrégés, sans rémunération des 3 heures supplémentaires imposées). Leur contrat, de droit privé local (sauf au Maroc où il est de droit privé français), est de 3 ans, renouvelable tacitement et sans limitation de durée.
- En école d’entreprise, le contrat, de droit privé français, est en général d’un an, renouvelable tacitement jusqu’à 3 ans ; au-delà, des prolongations annuelles peuvent être accordées (sur avis de la CCP), dans la limite de 6 ans d’exercice sur le poste. Cependant, dans certains pays (Écosse, Finlande, Norvège), la durée du contrat n’excède pas 2 ans, les collègues y étant soumis à une imposition exorbitante à partir de la 3ème année. Les collègues en école d’entreprise perçoivent une indemnité d’expatriation, mais les obligations énumérées dans les contrats s’étendent bien au-delà des obligations de service en vigueur à l’Éducation nationale, et la pression de la hiérarchie ou des parents peut y être forte.
- Dans les établissements "partenaires" de la MLF, le recrutement n’est pas examiné en CCP et de ce fait est peu transparent. Le droit syndical n’y existe pas. Les contrats, de droit privé local, ne sont pas soumis au respect du "Statut commun des détachés" de la MLF et peuvent donc réserver de mauvaises surprises. Aussi, le SNES-FSU recommande la plus grande prudence avant d’accepter une proposition de ce poste dans ce type d’établissement. Aux États-Unis, les contrats en école partenaire sont limités à 2 ans en raison de problèmes de visa de travail et d’imposition.
- L’AFLEC (Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture) est une association loi 1901 qui regroupe un réseau d’écoles au Liban et aux Émirats Arabes Unis. Ces écoles font partie du réseau des "établissements partenaires" de la MLF. Le recrutement y est peu transparent et ne fait pas l’objet d’un examen en CCP. Les contrats sont de droit privé local et l’expérience montre qu’ils peuvent comporter certaines dispositions inacceptables ; de plus, les droits, notamment syndicaux, ne sont pas toujours respectés. Le SNES-FSU déconseille de postuler dans ces établissements et recommande a minima une lecture attentive du contrat avant signature.

L’action syndicale est toujours de mise à la MLF qui, dans le discours, se veut à la pointe de l’humanisme et du respect des droits républicains, mais dans les faits s’en écarte souvent. Le SNES-FSU intervient régulièrement auprès de la Direction générale de la MLF pour que la transparence soit respectée dans les recrutements, la gestion des personnels, les conditions de rémunération. Il intervient aussi sur la durée des contrats et sur l’amélioration des conditions de rémunération afin qu’elles soient comparables à celles de l’AEFE.

Recrutement


La procédure de recrutement à la MLF fait l’objet d’une note de service publiée chaque année au BO fin août.

Seuls les personnels ayant exercé au moins 2 ans en qualité de titulaire dans leur corps peuvent obtenir un détachement, quelle que soit leur résidence antérieure. Depuis la rentrée 2016, le MEN n’accorde plus aucune dérogation aux anciens recrutés locaux de la MLF à l’issue de leur année de stage.

Les dossiers de candidature sont à saisir en ligne sur la plateforme dédiée du site de la MLF de fin septembre à la mi-novembre. Pour les CPE uniquement, un dossier papier doit également être adressé au supérieur hiérarchique.
La liste des postes vacants ou susceptibles de l’être fait l’objet de mises à jour régulières et fréquentes tout au long de la campagne de recrutement. Les voeux peuvent être modifiés sur la plateforme jusqu’à la mi-janvier. Il est possible de formuler 5 voeux au maximum pour des postes examinés en Commission consultative paritaire (EPR, OSUI, écoles d’entreprise) et un nombre illimité de voeux pour les postes non examinés en CCP (établissements partenaires).
La MLF exige le paiement de frais de gestion pour valider les dossiers de candidature (17 € par dossier), ce que le SNES-FSU dénonce fermement !

Une Commission consultative paritaire (CCP) de présélection a lieu début mars afin d’établir une liste de candidats présélectionnés sur chacun des postes vacants ou susceptibles de l’être (en EPR, à l’OSUI et dans les écoles d’entreprise). Les candidats sont classés selon un barème comprenant l’échelon ainsi que les notes pédagogique et administrative. Pour certains postes (surtout en école d’entreprise), la MLF prend également en compte la situation maritale et familiale. L’intervention des commissaires paritaires SNES-FSU est déterminante. En effet, grâce aux fiches syndicales de nos syndiqués, le SNES-FSU permet à certains de remonter au niveau de la liste des présélectionnés et d’être recrutés par la suite.

Présélection sur les postes de CPE
Lors de la campagne de recrutement 2016, le SNES-FSU a découvert que des postes de CPE étaient à pourvoir sans que la présélection ait fait l’objet d’un examen en CCP ! Nous avons dénoncé ce manque de transparence et suite à notre intervention, la MLF a fini par accepter que les postes de CPE fassent désormais l’objet d’un examen en CCP de présélection, même si la présélection continuera à se faire sur profil et non pas en fonction du barème comme pour les autres postes. Sur ce point, voir notre compte rendu de la CCP du 13 avril 2016.

Les collègues présélectionnés en CCP reçoivent un courriel et ont alors quelques jours pour confirmer ou non le maintien de leur candidature ; s’ils maintiennent leur candidature, le chef d’établissement a alors accès à leur dossier. Après étude des dossiers, l’établissement effectue un second tri écartant de l’entretien certains candidats dont le dossier n’est pas en totale adéquation avec le profil du poste ou les conditions de vie locales ; il doit néanmoins contacter tous les présélectionnés ayant maintenu leur candidature, soit pour leur proposer un entretien soit pour les informer que leur candidature est écartée. Le SNES-FSU dénonce cette phase, qui manque de transparence.

Depuis quelques années, la MLF a généralisé les entretiens. Ces entretiens peuvent se dérouler au siège de la MLF en présence de membres de la Direction générale et de chefs d’établissement du réseau (frais de déplacement à la charge des convoqués) ou par skype. Le SNES-FSU reste opposé au principe des entretiens d’autant plus que leur déroulement n’a pas lieu dans la plus grande transparence.

Suite aux entretiens, les candidats sélectionnés sont contactés par la MLF et doivent alors entamer les démarches administratives (signature du contrat, demande de détachement …). La date limite de l’envoi par la MLF des demandes de détachement à la DGRH du MEN est fixée au 31 mars.

Une CCP bilan d’étape du recrutement a lieu à la mi-avril, au cours de laquelle la MLF présente l’état du recrutement poste par poste ; cette phase permet aux commissaires paritaires du SNES-FSU de vérifier que les règles ont bien été respectées.

Fin juin, une dernière CCP bilan du recrutement clôture la campagne de recrutement pour la rentrée à venir.

Syndiqué(e)s, pensez à nous envoyer la fiche syndicale afin que nous puissions suivre et défendre votre candidature lors des différentes commissions.

Pour consulter le site de la MLF :

MLF


Documents joints

Barème MLF
Barème MLF
Fiche syndicale MLF
Fiche syndicale MLF

Articles publiés dans cette rubrique

lundi 3 juillet 2017

CCP Mission laïque française - 28 juin 2017

La dernière Commission consulative paritaire (CCP) de l’année s’est tenue au siège de la MLF le 28 juin. Le bilan de la campagne de recrutement 2017-2018 était l’objet principal de cette CCP, mais a été précédé, en présence du Directeur général (DG), de l’examen des questions diverses que nous avions (...)

mercredi 10 mai 2017

CCP Mission laïque française - Bilan d’étape du recrutement - 3 mai 2017

Le 3 mai s’est tenue une Commission consultative paritaire (CCP) au siège de la Mission laïque française. Cette CCP avait comme objet un premier bilan d’étape des recrutements en cours pour la rentrée prochaine. L’ensemble des postes susceptibles d’être vacants ou vacants a été balayé.
Pour le second (...)

vendredi 10 mars 2017

CCP recrutement Mission laïque française - 1er mars 2017

La Commission consultative paritaire (CCP) de recrutement à la Mission laïque française s’est tenue le 1er mars, dans un contexte que nous dénonçons depuis des mois. La MLF connaît, du point de vue du dialogue social et des droits des personnels, une régression sans précédent :
plusieurs (...)

vendredi 10 février 2017

Grève locale au lycée Massignon de Casablanca

Au lycée Massignon de Casablanca (MLF-OSUI), depuis une semaine, les personnels ont fait entendre leur colère à coup de casseroles, sifflets et cartons rouges lors des récréations. L’exaspération est telle que les sections SNES / SNEP de l’établissement ont fini par déposer un préavis de grève local, (...)

lundi 19 décembre 2016

CCP Mission laïque française du 23 novembre 2016

La Commission consultative paritaire (CCP) s’est réunie au siège de la MLF le 23 novembre pour étudier les demandes de prolongation de mission en école d’entreprise. Suite à une tournée dans des établissements OSUI du Maroc, le SNES-FSU a fait inscrire à l’ordre du jour de cette CCP deux questions (...)