Instances de l’AEFE

Plusieurs instances sont mises en place à l’AEFE :

  • au niveau central : un conseil d’administration (CA), un comité technique (CT), un comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT), des commissions consultatives paritaires centrales (CCPC) ;
  • au niveau local : des commissions consultatives paritaires locales (CCPL), le conseil d’établissement (CE).

Dans toutes ces instances, le SNES-FSU, syndicat majoritaire à l’AEFE comme en France, est largement représenté.

Résultats des élections professionnelles 2018 hors de France : le message est clair !

Grâce à une forte participation aux différents scrutins (en hausse notable par rapport à 2014), le SNES-FSU et les syndicats de la FSU confirment leur position nettement majoritaire à l’AEFE. Malgré les nombreux dysfonctionnements, les électeurs se sont mobilisés fortement pour dire leur attachement au paritarisme et donc à l’AEFE en tant qu’Établissement public, et pour renouveler leur confiance au syndicalisme d’action et de terrain porté par la FSU.

  • Comité technique

Le CT de l’Agence est passé de 5 à 8 sièges en 2018. La FSU obtient 5 sièges sur 8 (avec 54% des voix), l’UNSA 2 sièges (19,9%), le SGEN-CFDT 1 siège (14%). SUD-Éducation, le SNALC et FO n’obtiennent aucun siège.
Excellent résultat donc pour la FSU, qui conforte sa majorité absolue, avec près de trois fois plus de voix que la seconde organisation syndicale !

  • Commissions consultatives paritaires centrales (CCPC)

· CCPC-A (agrégés) : 5/5 sièges pour le SNES-FSU et le SNEP-FSU (comme en 2014), avec 63,3% des voix.
· CCPC-B (certifiés, PEPS, PLP, CPE, Psy-EN) : 5/5 sièges pour le SNES-FSU et le SNEP-FSU (comme en 2014), avec 72,3% des voix.
· CCPC-C (premier degré) : 4/5 sièges pour le SNUipp-FSU (comme en 2014), avec 60% des voix.
· CCPC-D (personnels de direction et d’inspection) : 6,5% des voix pour le snUpden-FSU et le SNPI-FSU, en progrès.
· CCPC-E (personnels administratifs, ouvriers, techniques et personnels de la Centrale) : la FSU (SNASUB et SUPMAE) conserve son siège obtenu en 2014, avec 19,3% des voix.

  • Commission consultatives paritaires locales (CCPL)

Les syndicats de la FSU, candidats dans la quasi-totalité des pays, demeurent très fortement majoritaires, et obtiennent des sièges supplémentaires dans de nombreux pays. Cette représentativité sera notamment déterminante lors de la constitution de nouveaux barèmes de recrutement des résidents, au cours de l’année 2019.

Les personnels de l’AEFE ont exprimé un soutien franc et massif aux syndicats de la FSU, témoignant ainsi qu’ils se reconnaissent dans notre syndicalisme de lutte et de terrain et qu’ils soutiennent notre combativité dans les instances comme dans l’action collective.


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 31 janvier 2017

Commission nationale des bourses - 14 et 15 décembre 2016

Participation des représentants syndicaux aux Conseils Consulaires Bourses
Les représentants de la FSU sont intervenus en séance (et hors séance sur des dossiers particuliers) grâce aux remontées qui ont pu être faites sur certains dossiers (personnels n’obtenant pas satisfaction, familles dont la (...)

mercredi 8 juin 2016

Commission nationale des bourses - 8 et 9 juin 2016

Le SNES-FSU est intervenu à la Commission nationale des bourses de l’AEFE pour rappeler l’importance des moyens nécessaires à l’Établissement public, sur le programme 151 (aide à la scolarité), mais aussi bien sûr sur le programme 185 (fonctionnement de l’AEFE). L’établissement public a besoin de ces (...)

jeudi 18 juin 2015

Compte rendu de la Commission nationale des bourses - 17 et 18 juin 2015

La Commission nationale des bourses (CNB) s’est tenue à l’AEFE les 17 et 18 juin 2015. Le SNES-FSU a fait une première intervention suite à des remarques faites lors du tour de table de la CNB, concernant certaines familles à revenus moyens (l’exemple donné concernait Londres), qui avaient de plus en (...)

mercredi 16 janvier 2013

Bourses scolaires : les familles et les personnels trinquent !

Présenté comme "plus juste et plus équitable", le nouveau système de l’aide à la scolarité, applicable au 1er septembre 2013, consiste surtout à verrouiller l’enveloppe budgétaire et son mécanisme d’évolution. Une réforme dont l’esprit n’est pas sans rappeler le projet de refonte de l’ISVL des résidents, (...)