Stage de rentrée hors de France à distance : essai transformé !

lundi 14 septembre 2020
popularité : 4%

Malgré les restrictions liées à la crise sanitaire, le SNES-FSU et le SNEP-FSU hors de France ont maintenu le stage d’août. Ce stage lance l’année syndicale en rassemblant des responsables de section au niveau des pays, des établissements, ou des syndiqué·es. 

COVID oblige, le stage a eu lieu en distanciel les 26 et 27 août. Malgré ces nouvelles contraintes, les collègues ont répondu positivement puisqu’une quarantaine de pays étaient représentés parfois au prix de connexions nocturnes en raison du décalage horaire ! 

La première journée, FSU, a rassemblé, avec les militant·es HDF, des stagiaires du SNES, du SNEP et du SNUipp. Celle-ci a permis d’échanger sur des problématiques et des revendications communes aux 3 organisations syndicales : avenir du réseau AEFE et des personnels, crise sanitaire et conséquences à la rentrée, fonctionnement et rôle des instances locales, tout comme les liens dans les établissements entre les élu·es FSU, du 1er et du 2nd degrés. Ce moment fut d’autant plus important que la spécificité des établissements du réseau, compte tenu notamment des configurations en cité scolaire, impose souvent des luttes communes.

Le lendemain, le SNES-FSU et le SNEP-FSU ont poursuivi ce stage par une journée spécifiquement consacrée au 2nd degré.

Au menu, en plus de l’intervention de la secrétaire générale adjointe du SNES-FSU sur les enjeux de la rentrée en France et dans l’Éducation nationale, le travail a porté sur l’animation d’une section syndicale dans le réseau AEFE et la syndicalisation. Enfin, les questions pédagogiques ont été au coeur du stage, qu’il s’agisse de la réforme du lycée et du baccalauréat ou du fonctionnement des établissements et des diverses modalités de rentrée (présentielle dans le meilleur des cas, distancielle ou hybride ailleurs) dans le contexte sanitaire mondial.

Merci à toutes et tous, stagiaires, militant·es pour leur implication, leur disponibilité et la richesse des échanges, qui ont montré une fois de plus l’importance de l’action syndicale et le rôle indispensable de notre syndicalisme, encore plus dans le contexte actuel.