ISVL : groupe de travail du 14 juin 2020

jeudi 18 juin 2020
popularité : 3%

Le groupe de travail sur l’indemnité spécifique de vie locale (ISVL) s’est tenu le 14 juin, en préparation du prochain arrêté qui prendra effet au 1er juillet.

L’enveloppe globale pour le barème de juillet 2020 bénéficie d’une légère augmentation proche de 0,3 M € suite aux répercussions des effets change-prix. Les travaux de ce GT se sont appuyés sur les données transmises par le MEAE, (tendances et évolution des taux de change / prix) par pays, qui induisent mécaniquement comme chaque trimestre, des modifications à la hausse et à la baisse.

En fonction des remontées de terrain, de celles transmises par les secteurs géographiques de l’AEFE et de nos remontées syndicales, des pays sont “favorisés” et d’autres sont “protégés” par rapport à cette évolution. Ils sont choisis parmi ceux dont une hausse de l’ISVL est programmée sur 2020 mais ayant une baisse prévue pour ce trimestre due à l’effet change-prix MEAE, ou parmi ceux qui restent en-dessous des évolutions prévues cette année, comme pour le Chili, le Tchad et l’Uruguay cette fois-ci.

Le SNES-FSU est par ailleurs intervenu pour attirer l’attention de l’administration sur la situation du Liban, où des difficultés économiques importantes s’installent. Concernant l’arrêté de juillet, le Liban devrait bénéficier d’une légère hausse de l’indemnité, même si nous avons fait remarquer que ce n’était pas suffisant au regard des problèmes.

Les cinq zones retenues pour être "favorisées" sur ce barème de juillet sont  :
l’Afrique du Sud (Johannesburg et Le Cap) : annulation de la baisse prévue (0% au lieu de – 5%) ;
le Chili : annulation de la baisse prévue (0% au lieu d’environ - 6%) ;
la Norvège : annulation de la baisse prévue (0% au lieu d’environ - 6%) ;
l’Uruguay : annulation de la baisse prévue (0% au lieu d’environ - 6%).

Ces ajustements en positif doivent se répercuter sur l’ensemble de l’enveloppe : ils sont compensés par une limitation des hausses préconisées par les données MEAE sur les pays dont la tendance annuelle AEFE est à la baisse.

Pour rappel, les 5 pays « favorisés » lors du GT de mars dernier (barème du 1er avril) étaient : Argentine , Burkina Faso, Chili, Paraguay et Uruguay.