COVID-19 : visioconférence AEFE du 6 mai

samedi 9 mai 2020
popularité : 2%

Mesures d’urgence concernant le réseau

Comme nous l’annoncions la semaine dernière dans notre compte rendu, la communication interministérielle sur le dispositif de soutien aux Français de l’étranger a été faite. Concernant les 100 millions €, le Directeur précise que cette aide est en fait une avance sur trésorerie pour l’Agence et qu’il faudra rembourser ce qui aura été emprunté. L’un des axes du plan est de cibler l’aide vers les familles en difficulté, qu’elles soient françaises ou étrangères.

La FSU, qui a par ailleurs dénoncé ce simple “prêt” et demandé que le budget de l’Agence soit abondé, a alerté sur la nécessité que les critères d’octroi des aides soient les mêmes que pour les bourses scolaires, c’est-à-dire des critères sociaux. Pour les familles françaises, l’aide sera apportée via le système des bourses, dont le calendrier (dépôt des dossiers jusqu’au 30 mai) et l’enveloppe budgétaire ont été allongés (+50 millions d’€). Pour les familles étrangères, les situations seront étudiées localement.

Une autre partie de l’aide ira aux établissements, quel que soit leur statut (EGD, conventionnés, partenaires). Le directeur nous dit que des précisions sur les modalités de versement de ces aides et leur nature seront très prochainement apportées après arbitrage de la tutelle.

Concernant ce plan d’aide annoncé par le gouvernement, vous trouverez notre analyse et nos revendications dans le compte rendu de notre audition par le Sénat : pour la FSU le compte n’y est pas !

Procédure de réouverture des établissements

Une vingtaine d’établissements ont déjà réouvert et certains sont en train de programmer et d’organiser leur retour en présentiel. Pour le directeur de l’Agence "les choses vont plutôt dans le bon sens". Pour la FSU, certaines mises en oeuvre des procédures de réouverture d’établissement s’apparentent surtout à un marathon des instances (jusqu’à 3 par jour) où la prérentrée est parfois inexistante. La FSU rappelle que les instances sont un lieu de discussion et de proposition et non des chambres d’enregistrement et qu’elles doivent jouer pleinement leur rôle dans les procédures de réouverture. A l’Agence qui explique que les délais sont parfois très courts, la FSU répond que les délais ne sont imposés que par ceux et celles qui les fixent ! Les autorités locales déterminent la date à laquelle les établissements peuvent réouvrir, charge ensuite aux établissements de prendre le temps nécessaire pour réouvrir en garantissant les conditions de santé et de sécurité maximales pour leurs personnels et usagers ! La FSU insiste aussi sur le rôle essentiel de la pré-rentrée qui doit être un temps indispensable pour l’explication des consignes et protocoles de sécurité, la présentation de l’aménagement des locaux, la réunion des équipes disciplinaires pour envisager la suite des programmations pédagogiques, etc. Là encore, la précipitation ne permettrait pas des réouvertures dans les conditions optimales.

Nous invitons nos sections locales à nous contacter dès lors qu’elles rencontrent un problème dans le respect de la procédure de réouverture.

Mobilité durant l’été

La FSU est à nouveau intervenue sur la question des possibilités de mobilité dans les mois à venir, que ce soit pour les collègues partant en vacances ou rejoignant une nouvelle affectation professionnelle. La question du surcoût des frais de déménagement et du prix des billets d’avion a été posée par la FSU. L’Agence répond qu’elle a bien conscience de ces problèmes mais qu’elle ne dispose pas d’informations ni de solutions actuellement, d’autant plus qu’on ne sait pas si des vols commerciaux seront disponibles. Elle nous assure suivre ces questions avec attention. Suite à notre insistance, le DRH nous confirme que les collègues quittant leur poste en fin d’année peuvent prendre leurs dispositions pour rentrer en France (achat de billets d’avion et organisation de leur déménagement), à la condition que ce retour soit programmé après la fin officielle des cours dans leur établissement. Nous vous rappelons néanmoins que la question de la circulation aérienne reste posée et vous conseillons donc d’en tenir compte en prenant vos réservations.

Continuité pédagogique

La FSU a relancé le service pédagogique (SP) sur l’accès pour les personnels du réseau à la plateforme du MENJ (http://apps.education.fr). La cheffe du SP nous assure que l’Agence est en discussion avec le MENJ afin de rendre accessible cette plateforme mais que cela prendra du temps. Tout le monde s’accorde pour dire qu’il faut cependant poursuivre les discussions afin d’anticiper l’avenir et rendre le dispositif opérationnel si nécessaire pour la rentrée prochaine. La cheffe du SP précise par ailleurs qu’une réflexion est actuellement menée sur les plans de formation continue de l’an prochain et que l’Agence souhaite une utilisation plus systématique de la plateforme m@gistère.

Autorisation spéciale d’absence pour garde d’enfants

Suite à notre relance, le DRH confirme qu’un courrier a bien été adressé aux directions d’établissement afin qu’elles fassent preuve de “bienveillance” dans la gestion des demandes. La FSU a expliqué que les collègues s’autocensurent souvent et lorsqu’ils en font enfin la demande c’est que la situation est devenue intenable. Aussi, la FSU rappelle une nouvelle fois qu’elle souhaite que de vraies autorisations d’absence sans télétravail soient octroyées afin de prendre en compte les difficultés réelles rencontrées par certains personnels.

Un nouveau point COVID-19 est programmé le 13 mai.


Pour consulter les comptes rendus des réunions précédentes, voir les articles :
- visioconférence du 29 avril ;
- visioconférence du 15 avril ;
- visioconférence du 8 avril ;
- visioconférence du 1er avril ;
- visioconférence du 25 mars ;
- points de situation du 12 au 19 mars.

.

Compte rendu commun SNUipp, SNES, SNEP-FSU