Recrutement à la Mission laïque française - rentrée 2020

mercredi 2 octobre 2019
popularité : 15%

La procédure de recrutement et de détachement dans les établissements de la Mission laïque française est parue au BO du 29 août 2019.

Lire notre article sur les règles concernant le détachement.

Dossier de candidature et formulation des voeux

La liste des postes vacants ou susceptibles de l’être est mise en ligne sur le site de la MLF, et actualisée tout au long de la campagne de recrutement.

Les dossiers de candidature sont à saisir en ligne dans la sur la plateforme de la MLF du 30 septembre au 30 novembre 2019 inclus. Les pièces administratives demandées doivent ainsi être numérisées puis téléchargées dans le dossier MLF de candidature en ligne.
Un dossier papier doit également être adressé au supérieur hiérarchique, au plus tard le 30 novembre, afin qu’il soit transmis à la MLF par la voie hiérarchique au plus tard le 15 décembre.

La liste des postes vacants ou susceptibles de l’être fait l’objet de mises à jour régulières tout au long de la campagne de recrutement, aussi nous vous conseillons de consulter régulièrement le site de la MLF. Les voeux peuvent être modifiés sur la plateforme jusqu’au 15 décembre.

Il est possible de formuler 5 voeux au maximum pour des postes examinés en Commission consultative paritaire (EPR, OSUI, écoles d’entreprise) et un nombre illimité de voeux pour les postes non examinés en CCP (établissements partenaires - PART).

Il faut avoir conscience que la MLF, bien qu’employant des titulaires de la Fonction publique, est une association privée et que selon le type d’établissement où l’on est recruté, les conditions de travail et de rémunération ne sont pas aussi cadrées et garanties que dans les établissements gérés par l’État : les contrats sont de droit privé, et dans les établissements "partenaires" les droits ne sont pas du tout garantis. Aussi, nous vous recommandons de consulter attentivement la rubrique MLF de notre site ("Nature et durée des contrats") avant de formuler vos voeux.

La MLF exige le paiement de frais de gestion pour valider les dossiers de candidature (17 € par dossier), ce que le SNES-FSU dénonce !

Syndiqué(e)s, après avoir formulé vos voeux, pensez à nous envoyer la fiche syndicale de suivi afin que nous puissions suivre votre candidature lors des différentes commissions.

Procédure de sélection

Le recrutement se fait en deux étapes :
- sélection à partir d’un barème,
- puis étude du dossier et entretien avec le chef d’établissement, pour les candidats sélectionnés.
Depuis la campagne 2019, la MLF a modifié son barème de sélection. Jusque là il était fondé pour moitié sur l’ancienneté, et pour moitié sur les notes administratives et pédagogiques. Désormais la part de l’ancienneté est réduite à 30%, et pour les 70% restants la MLF s’inspire des méthodes de recrutement du privé et fait "du matching" ! Les points sont accordés en fonction de la correspondance entre les compétences déclarées par les candidats et les "critères" attendus pour chaque poste. Chaque chef d’établissement définit, dans l’offre de poste, jusqu’à 5 critères parmi un choix de... 30 ! Exemples de critères : niveau de langue, FLE, certifications, expérience des TPE (sic)... Plus le nombre de critères déclarés par le candidat et correspondant au poste est élevé, plus le barème est élevé. Cela implique que le barème de chaque candidat varie selon le profilage de chaque poste.

Les syndicats de la FSU dénoncent ce recrutement par profilage des postes, pour des raisons pratiques et des raisons de fond. En pratique, les critères de profilage sont parfois aberrants (ex : "enseignement en cycle 3", "badge MLF", "enseignement en TPE" alors que ceux-ci ont disparu en 2019) et le recrutement est simplement fondé sur le déclaratif : les compétences et expériences n’ont pas à être attestées, comment les commissaires paritaires peuvent-ils vérifier leur réalité ? L’hyper-profilage peut satisfaire l’égo de petits chefs se prenant pour les DRH, mais la campagne 2019 a montré qu’il restreignait les viviers de recrutement. Sur le fond, nous estimons qu’un enseignant, par le fait d’être titulaire d’un concours et par son expérience professionnelle, est à même d’enseigner dans tous les niveaux et de s’adapter à divers contextes d’exercice du métier. Par le profilage, la MLF semble escompter des "super-profs", arborant expériences à l’étranger, certifications, profil de formateur... Expatriés au rabais, aucune indemnité n’étant accordée par la MLF pour reconnaître ces missions spécifiques. La FSU s’élève contre cette ubérisation de l’enseignement à l’étranger !

Rôle de la Commission consultative paritaire

Le recrutement des détachés fait l’objet d’un examen en Commission consultative paritaire (CCP) pour les postes en EPR (Établissements en pleine responsabilité de la MLF), à l’OSUI (Office scolaire et universitaire international) qui regroupe en fait les EPR du Maroc, et dans les écoles d’entreprise (EE). Les postes dans les "écoles partenaires" de la MLF (PART - dont font partie les écoles de l’AFLEC) ne font pas l’objet d’un examen en CCP.
Suite aux dernières élections professionnelles en 2018, le SNES et les syndicats de la FSU détiennent 3 sièges sur 4 à la CCP de la MLF.

La CCP de sélection aura lieu le 27 février 2020 afin d’établir une liste de candidats invités en entretien sur chacun des postes vacants ou susceptibles de l’être (en EPR, à l’OSUI et dans les écoles d’entreprise). L’intervention des commissaires paritaires SNES-FSU permet de s’assurer que les mêmes règles s’appliquent à tous, de vérifier certains barèmes grâce à la fiche syndicale de suivi, et de faire sélectionner davantage de candidats sur certains postes.

Entretien, recrutement et demande de détachement

Les collègues présélectionnés en CCP reçoivent un courriel et ont alors quelques jours pour confirmer ou non le maintien de leur candidature ; s’ils maintiennent leur candidature, le chef d’établissement a alors accès à leur dossier. Après étude des dossiers, l’établissement effectue un second tri écartant de l’entretien certains candidats dont le dossier n’est pas en totale adéquation avec le profil du poste ou les conditions de vie locales ; il doit néanmoins contacter tous les présélectionnés ayant maintenu leur candidature, soit pour leur proposer un entretien soit pour les informer que leur candidature est écartée. Le SNES-FSU dénonce cette phase, qui manque de transparence.

Depuis quelques années, la MLF a généralisé les entretiens. Ces entretiens peuvent se dérouler au siège de la MLF en présence de membres de la Direction générale et de chefs d’établissement du réseau (frais de déplacement à la charge des convoqués) ou par skype. Le SNES-FSU reste opposé au principe des entretiens d’autant plus que leur déroulement n’a pas lieu dans la plus grande transparence.

Suite aux entretiens, les candidats sélectionnés sont contactés par la MLF et doivent alors entamer les démarches administratives (signature du contrat, demande de détachement…). La date limite de l’envoi par la MLF des demandes de détachement à la DGRH du MEN est fixée au 31 mars 2020.

Une CCP bilan d’étape du recrutement a lieu en mai, au cours de laquelle la MLF présente l’état du recrutement poste par poste ; cette phase permet aux commissaires paritaires du SNES-FSU de vérifier que les règles ont bien été respectées.

Fin juin, une dernière CCP bilan du recrutement clôture la campagne de recrutement pour la rentrée à venir.

Syndiqué(e)s, pensez à nous envoyer la fiche syndicale de suivi afin que nous puissions suivre votre candidature lors des différentes commissions.


Documents joints

Fiche syndicale MLF
Fiche syndicale MLF