Mission syndicale SNES HDF en Tunisie

lundi 8 octobre 2018
popularité : 5%

Du 1er au 3 octobre, un des militants du secteur HDF s’est porté à la rencontre des collègues des lycées Gustave-Flaubert (La Marsa) et Pierre-Mendès-France (Tunis), notamment lors de deux heures d’information syndicale très suivies. Il a également fait le point sur les problématiques locales avec les deux sections d’établissement et la section pays, toutes très actives, réactives et constamment sur la brèche. C’est accompagné des militants des différentes sections qu’il a rencontré successivement les proviseurs, ainsi que le coordinateur AEFE nouvellement installé.

La Marsa

La Tunisie se distingue par l’existence de deux EGD (établissements en gestion directe AEFE), d’aucun établissement conventionné, et la montée d’établissements « partenaires ». Elle fait office de laboratoire de la relation entre l’AEFE et des établissements homologués qui échappent à sa gouvernance, établissements qui prétendent assurer l’essentiel de l’accroissement des élèves relevant de l’enseignement français à l’étranger. Le SNES-FSU dénonce le manque d’ambition et de moyens attribués aux EGD pour pouvoir accueillir plus d’élèves : au contraire, les postes de résidents ou d’expatriés sont supprimés, des emplois de recrutés locaux (agents techniques) sont externalisés. L’AEFE doit assumer fièrement son rôle d’opérateur public et ne pas laisser galvauder son nom et son logo par les établissements dits « partenaires » qui, à terme, la concurrenceront. Le SNES-FSU sera particulièrement vigilant sur le respect des droits des personnels dans ces établissements, comme le droit à la formation continue.

L’autre grand sujet d’inquiétude est la situation financière des établissements, dont les budgets sont grevés par les sommes en dinars qui n’ont pas pu être remontées à l’Agence. Le montant cumulé dépasse 20 millions € et, avec la dévaluation continue du dinar, s’accroît de semaine en semaine. L’issue de cette situation est politique, tant en Tunisie qu’à Paris.

Tunis

Enfin, le SNES-FSU a rappelé le rôle clé de la CCPL (Commission consultative paritaire locale), tant pour les résidents que pour les personnels de droit local (PDL). Pour les premiers, les représentants SNES-FSU en CCPL veillent notamment au respect des priorités de l’Agence lors du classement des candidatures aux postes de résidents. Pour les PDL, la section SNES Tunisie a obtenu que soit mis en place un barème de recrutement, qui garantit transparence et équité. De même, elle se dresse contre toute régression dans l’application des grilles salariales, qui doivent tenir compte des qualifications, de l’ancienneté, de l’expérience.

Pour finir, un grand coup de chapeau aux sections SNES de Tunisie (sections pays comme établissements), riche de leurs personnalités, très présentes au plus près des préoccupations des personnels, conviviales et dynamiques. Un grand merci aussi pour leur accueil chaleureux et efficace.