CCP recrutement Mission laïque française - 1er mars 2018

lundi 12 mars 2018
popularité : 3%

La Commission consultative paritaire (CCP) de recrutement des détachés à la Mission laïque française s’est tenue le 1er mars.

Présélection aux entretiens pour le recrutement 2018

La MLF enregistre une diminution du nombre de candidatures (1423 dossiers – 1er et 2nd degrés - validés cette année, contre près de 1600 l’an dernier et environ 1800 il y a 3 ans).

Concernant le processus de présélection aux entretiens, la MLF applique ses règles sans déroger et respecte une présélection transparente au barème, nous l’avons noté. Rappelons que ce barème, défini par l’association, privilégie nettement les échelons les moins élevés… Les interventions des commissaires paritaires SNES-FSU en commission ont permis de faire rectifier le traitement de certaines candidatures, de veiller à l’équité par l’application des mêmes règles à tous les candidats, et de faire présélectionner davantage de candidats sur certains postes.

A l’issue de la CCP, la MLF ne contacte que les candidats présélectionnés (le SNES-FSU informe quant à lui l’ensemble des syndiqués ayant déposé une candidature). Après avoir confirmé le maintien de leur candidature, les candidats présélectionnés doivent être contactés par les établissements concernés (ou par un responsable du pays lorsqu’il s’agit de réseaux – comme au Maroc par exemple) en vue d’un entretien.
Les modalités d’entretien varient selon les pays. Le SNES-FSU reste opposé au principe même des entretiens, qui ralentit le processus de sélection et introduit une faille dans la transparence :
Suite aux entretiens, aux propositions de postes et aux réponses concernant les demandes de détachement, un premier bilan d’étape du recrutement sera fait lors de la prochaine CCP, prévue le 3 mai.

Informations complémentaires et questions diverses

Révision du Statut des détachés MLF dès la rentrée 2018 (pour les collègues nouvellement recrutés) : une évolution majeure qui impose la mobilité forcée pour tous, au rabais qui plus est. Lire cet article.

Écoles d’entreprise : la MLF nous informe de la fermeture de deux écoles (en Chine et aux États-Unis) l’an prochain, et de l’ouverture d’une école Renault (en Chine).

Lycée français André Malraux, Murcie (Espagne) : en raison d’une diminution importante d’effectifs, la MLF est amenée à supprimer des postes et privilégie des fermetures de postes détachés. Cette année, un personnel détaché a été volontaire pour mettre fin à son détachement, mais la MLF annonce que pour la rentrée 2019 elle prévoit des non-renouvellements de détachement de collègues en poste, pour raisons économiques. La plupart des collègues en poste ont une date de début de contrat (et donc de renouvellement de détachement) identique, leur contrat de détaché MLF ayant débuté lors du déconventionnement de l’établissement il y a une dizaine d’années. Le SNES-FSU veillera de près au traitement des situations par la MLF et au respect du cadrage concernant les avis défavorables au renouvellement de détachement, que la MLF n’a pas respecté cette année pour deux collègues du Maroc.

Rendez-vous de carrière (PPCR) : le SNES-FSU avait demandé lors de réunions précédentes que le compte rendu de l’entretien puisse faire l’objet d’une demande de révision en Commission consultative paritaire (CCP) MLF (comme c’était le cas auparavant pour la notation administrative), avant éventuelle contestation en CAPN du MEN. La MLF y était favorable mais devait vérifier auprès du MEN la faisabilité technique. Elle nous informe lors de cette CCP que les démarches ont été faites et que la demande de révision en CCP MLF est bien possible. Cette demande du SNES-FSU est donc satisfaite, mais nous rappelons à la MLF qu’elle doit informer les collègues de cette possibilité, et prévoir de réunir la Commission si des demandes de révision sont formulées par les collègues.

Syndiqué(e)s, n’hésitez pas à nous contacter pour toute question à ce sujet.

"Formations qualifiantes MLF" pour les recrutés locaux : la MLF a mis en place cette année des "formations qualifiantes" à destination des recrutés locaux non-titulaires dans les pays où elle est le plus implantée (Maroc, Espagne), après avoir signé des conventions avec certaines ESPE en France. Ces formations se font essentiellement à distance et débouchent sur un DU (diplôme universitaire) et une "certification" MLF. La qualification donne ensuite une priorité pour un poste dans le réseau MLF, dans le pays et dans le monde. La MLF fait un bilan très positif de ces formations selon les retours des collègues qui les ont suivies.
Ce dispositif a été initié il y a deux ans aux États-Unis, au départ en "formation continue" (non-titulaires déjà en poste), puis étendu cette année en "formation initiale"(personnes qui ne sont pas en poste mais souvent sont connues des établissements, ayant effectué des remplacements, etc.). La modalité "formation initiale" sera proposée également en Espagne à la prochaine rentrée.
Le SNES-FSU ne nie pas le apports professionnels de ces formations du point de vue des collègues qui les ont suivies, mais relaie les inquiétudes, légitimes dans le contexte actuel de l’enseignement français à l’étranger, que ce dispositif soulève dans les établissements du point de vue de l’évolution du réseau MLF : s’agit-il de constituer un vivier de non-titulaires dits "qualifiés" alors qu’ils ne sont pas titulaires d’un concours du MEN, et donc ne bénéficient pas non plus des statuts de la Fonction publique et des détachés MLF (droits, rémunération, etc.) ? La MLF assure qu’il n’est pas question de mettre fin à la présence de titulaires dans le réseau d’enseignement français à l’étranger ; selon elle il s’agirait d’accompagner les difficultés de détachement constatées l’an dernier et la pénurie de titulaires dans certains pays ou dans certaines disciplines concernant le 2nd degré.