Nouvelles grilles de salaires des recrutés locaux au lycée français de Tananarive

mardi 31 mai 2016
popularité : 3%

Durant l’année 2014-2015 les sections SNES et SNUipp (FSU) du Lycée Français de Tananarive (LFT) à Madagascar ont impulsé avec l’administration du LFT une refonte des grilles de salaires des agents de droit local (ADL) enseignants et non enseignants.

Ce travail a permis de :
- fusionner (par le haut) certaines grilles d’agents,
- aboutir à des grilles qui assurent une réelle progression salariale dès le début de carrière (ce qui n’était pas le cas pour la plupart des grilles « non enseignants »),
- revaloriser sensiblement les grilles des plus bas salaires,
- rectifier des incohérences de niveau de rémunération entre grilles d’agents,
- créer des grilles spécifiques pour les titulaires non résidents (TNR) calquées sur celles des certifiés et agrégés (équivalent salaire brut France).

La deuxième phase, pour l’année 2015-2016, était le reclassement des agents dans ces nouvelles grilles qui ont pris effet dés la rentrée 2015. L’administration voulait alors aller au plus simple et plus économique… : un reclassement à l’échelon d’indice équivalent ou juste supérieur à celui de l’ancienne grille. De fait, cela garantissait à tous les agents un salaire (au 01/09/2015) équivalent voir légèrement supérieur à l’ancien.
Jusqu’ici, tout va bien… mais à condition de ne s’intéresser, comme l’a fait l’administration, qu’à l’effet immédiat (au 01/09/2015) de cette mesure de reclassement dans la nouvelle grille. Les sections SNES et SNUipp, quant à elles, ne se sont pas contentées de ce constat à l’instant t, mais se sont aussi intéressées aux effets à moyen et long terme (sur la perspective de salaires cumulés restant à gagner jusqu’à la fin de carrière) ; elles ont alors pris l’initiative de réaliser une étude fine et au cas par cas, qui a permis de mettre en lumière, derrière un reclassement favorable à l’instant t, de réelles pertes de salaire à terme (jusqu’à – 40% !) pour environ la moitié des agents « non enseignants ».

Nous avions alerté l’administration dés les premiers travaux sur les grilles que les reclassements seraient à analyser au cas par cas pour garantir qu’aucun agent n’y perde sur le reste de sa carrière.
Enquête auprès des agents, calculs et simulations à l’appui, nous avons dû insister sans relâche, jusqu’à la menace, auprès de la direction du LFT pour qu’enfin celle-ci accepte en mai 2016 de revoir tous les reclassements de façon à ce que chaque agent soit reclassé à un échelon de la nouvelle grille qui lui assure le respect de ce principe (pas de perte sur le reste de la carrière).
Ces nouveaux reclassements, obtenus grâce à l’action du SNES et du SNUipp, prennent effet au 01/01/2016 avec rétroactivité sur le salaire de juin.
Pour beaucoup d’agents c’est un soulagement et une réelle satisfaction car cela va se traduire (au cas par cas) par un saut de plusieurs échelons et des hausses de salaire immédiates (jusque 30 %).

L’aboutissement très positif de ce dossier technique est à mettre à l’actif de l’expertise et de la ténacité des sections SNES et SNUipp (FSU) du LFT.