Le SNES hors de France intervient sur les détachements des personnels

lundi 16 mai 2016
popularité : 2%

De nombreuses difficultés sont à constater pour les détachements à l’étranger, en préparation de la rentrée 2016. Certaines sont « classiques », d’autres nouvelles. Les premières concernent en général des retards ou des refus pour les personnels qui ont eu des propositions de contrats et sont donc en attente de détachement qui, rappelons-le, relève exclusivement du MEN. La position du Ministère est claire (voir nos écrits) : le Ministre « impose » (aux recteurs) les détachements des collègues partant jusqu’au 31 mars, sauf pour Mayotte et la Guyane, où la pénurie d’enseignants est telle que le Ministère choisit de ne pas mettre ces départements en plus grande difficulté. Pour les demandes au-delà de cette date (recrutements tardifs), le MEN interroge le recteur et suit, en règle générale, cet avis. Le reste est une série de règles, quasiment aussi nombreuses que les cas particuliers (détachement AEFE vers MLF, MLF vers AEFE, établissements partenaires etc.)

Pour la rentrée 2016, le MEN a annoncé dans un premier temps un moratoire pour les collègues néo titulaires, ex recrutés locaux de l’AEFE. Jusqu’ici, ces collègues avaient une possibilité de dérogation à la règle qui impose d’avoir exercé 2 ans en France comme titulaire pour être détaché (3 ans avec l’année de stage !). Deux cas existaient pour pouvoir être recruté en tant que résident dès la fin de l’année de stage et bien sûr en cas d’obtention de poste de résident, pour les rapprochements de conjoint et le fait de justifier qu’on était de retour sur son établissement de contractuel avant obtention du concours.

Dans un deuxième temps, le MEN a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un moratoire mais d’une application immédiate. Des dérogations seraient encore données, mais l’établissement d’accueil (par exemple l’AEFE) devait fournir une demande explicitée et justifiée.

Le SNES-FSU n’a alors eu de cesse d’intervenir pour suivre, relancer et accompagner les dossiers de ces collègues, victimes d’un changement brutal et fatalement injuste des règles du jeu. Nous avons par ailleurs écrit un courrier à la DGRH du MENESR, que vous trouverez en document joint.

Localement, les situations des collègues suscitent une vive émotion et des initiatives sont menées : courriers, pétition, journée d’action voire grève, comme au Caire.


Documents joints

Courrier à la DGRH du MENESR
Courrier à la DGRH du MENESR