Mayotte au bord de la déflagration

mardi 17 mai 2016
popularité : 2%

Conflit social à Mayotte

Mayotte a été délaissée par les gouvernements successifs. La départementalisation en 2011 a été présentée aux Mahorais comme LA solution aux différents problèmes (sociaux, inégalités notamment scolaires, retards de développement …). Dès l’automne 2011, éclatait le conflit « vie chère » qui allait durer une cinquantaine de jours. Pour le service public, le SNES-FSU n’a cessé de prévenir le gouvernement contre un bouleversement du système de rémunération qui aurait pour effet de dégrader l’attractivité. Malgré nos avertissements, les décrets de 2013 ont durablement diminué les rémunérations, entraînant ainsi une fuite des fonctionnaires à tel point qu’à la rentrée 2016, les non titulaires seront majoritaires dans le second degré.

Pour restaurer l’attractivité, le SNES propose des mesures concrètes. Le combat du SNES-FSU est emblématique d’une situation qui conduit au blocage d’aujourd’hui.

Manifestation Mayotte

Depuis le 30 mars, l’intersyndicale a déclenché une grève générale (voir le communiqué). Le SNES, avec la FSU, est donc en toute logique, totalement engagé dans la mobilisation !

La grève n’a été suspendue que le 17 avril. Il aura fallu près de trois semaines de blocage de l’île pour que ce gouvernement se décide à faire recevoir l’intersyndicale le 16 avril par la Ministre des outre-mer avec les résultats suivants :

  • Des négociations sont immédiatement ouvertes sur l’application du code du travail et des droits sociaux.
  • S’agissant de l’attractivité dans le Fonction publique, des discussions doivent commencer avec Bercy sur la fiscalisation en revenus exceptionnels de l’indemnité d’éloignement, à commencer par les revenus 2015. De plus, la possibilité d’une montée d’indexation à 1,53 sera revue avant l’élection présidentielle. Enfin l’idée est acquise d’une accélération de carrière après un passage à Mayotte. Reste à savoir sous quelle forme. Le SNES suivra de près l’évolution des ces promesses.

En effet, suspension n’est pas arrêt. Et la mobilisation reprendrait au moment des examens de fin d’année 2015-2016 si les engagements du gouvernement s’avéraient être sans lendemain. A cet égard, le SNES sera particulièrement attentif et offensif sur la promesse de fiscalisation en revenus exceptionnels de l’indemnité d’éloignement et ce dés la déclaration de cette année portant sur les revenus 2015.

Suivi de l’action au jour le jour : voir en fin d’article.


Un département abandonné par l’État
Le nouveau département créé en 2011 est délaissé par ce gouvernement. En matière d’assainissement, de logements et de scolarisation, les investissements sont très nettement en dessous des besoins. La politique d’austérité a un impact sur les services publics qui souffrent encore plus du manque d’attractivité. Les agents publics dont Mayotte a besoin, ne veulent plus venir en raison de la baisse considérable des rémunérations. Concrètement, un couple d’agents affectés à partir de 2017 sur une période 4 ans perdra l’équivalent de trois années de salaire si l’on compare à la situation antérieure.Dans un département miné par l’insécurité, le fait de pouvoir rester indéfiniment ne constitue nullement un argument.


Une école en danger
Dans le second degré, le manque d’attractivité est déjà perceptible. Les contractuels seront majoritaires à la rentrée 2016, les taux d’encadrement en CPE et en surveillants sont notoirement insuffisants en particulier pour des collèges classés REP +. Les effectifs explosent en raison de l’importance de la population de moins de 25 ans (50 %) et les phénomènes de violence ne cessent de se dérouler depuis le début 2016.


Le SNES-FSU propose des mesures concrètes
Le SNES-FSU estime qu’un effort important en moyens humains et en dépenses de fonctionnement doit être entrepris. Des postes de CPE et de surveillants doivent être créés. Il s’agit de restaurer une attractivité aujourd’hui disparue en défiscalisant les indemnités, en prenant en charge les frais de changement de résidence des néo-titulaires, en rétablissant la bonification à 50 % pour la retraite et en augmentant le taux d’indexation à 1,53 à l’instar de la Réunion.


Mouvement social et réaction autoritaire
Une grève public-privé a commencé le 30 mars et paralyse toute l’activité. Le SNES-FSU, qui n’ a pas été entendu par le gouvernement, y participe activement. Le blocage des voies de circulations inquiète un pouvoir qui a tendance à réagir de plus en plus violemment.


L’action au jour le jour :


- Jeudi 7 avril, la préfecture refusait de recevoir une délégation pourtant accompagnée d’élus.
- Vendredi 8 avril, les autorités envoient les blindés légers.
- Lundi 11 avril, il n’y a plus aucun élève dans les établissements. Les élus soutiennent les revendications de l’intersyndicale dans ce courrier. Les points de blocage se multiplient. La secrétaire générale de la FSU a interpellé ce jour le cabinet du 1er Ministre sur la situation à Mayotte mais en l’absence de réponse du gouvernement, l’action continuera. Lire le communiqué en document joint ci-dessous et sur le site du SNES Mayotte.
- Mardi 12 avril, l’île est bloquée par 21 barrages. Le Vice-Rectorat invite les élèves à ne plus se déplacer. Il reconnaît que certains collègues ont vécu des "scènes de violence d’une extrême gravité" mais justifie le maintien ouvert des établissements. Contradiction ?
- Mercredi 13 avril, la mobilisation massive paie. En effet, l’intersyndicale sera reçue vendredi matin à 10 H 30 au Ministère des outre-mer. Thierry Wuillez et Rivomalala Rakotondravelo représenteront la FSU. C’est un premier pas mais en l’absence d’engagement concret du gouvernement, la grève continue jeudi et vendredi.
- Jeudi 14 avril, les grévistes attendent toujours des mesures pour l’attractivité du territoire ou encore l’application immédiate du code du travail national. Ces revendications restent inchangées depuis que l’intersyndicale a lancé son mouvement.
- Vendredi 15 avril : après 5 heures de réunion en présence de la Ministre des outre-mer, le gouvernement a enfin entendu l’intersyndicale :
- L’application du code du travail a été avancé au 1er janvier 2018.
- En matière d’attractivité pour les fonctionnaires en service à Mayotte, des négociations seront entamées avec Bercy sur une fiscalisation des IE en revenus exceptionnels. De plus le principe d’une amélioration des conditions de carrière est acté.
- Enfin, une concertation sur les demandes de l’intersyndicale concernant les retraites est envisagée prochainement.
Mais tout ceci n’a été possible que grâce à l’énorme mobilisation des collègues sur place. Et ce sont eux qui apprécieront les engagements annoncés et par conséquent la suite à donner au mouvement.


- Samedi 16 avril / dimanche 17 avril : l’intersyndicale réunie en assemblée générale décide de suspendre (et non d’arrêter) le mouvement parce que le gouvernement a accepté d’ouvrir une négociation avec échéancier sur des revendications portées par l’intersyndicale. La mobilisation reprendrait au moment des examens de fin d’année si les engagements du gouvernement s’avéraient être sans lendemain. Lire le communiqué FSU Mayotte du 22 avril.


- Samedi 30 avril : en cette veille de 1er mai qui, en métropole, rassemblera largement les forces syndicales contre la loi travail, l’intersyndicale de Mayotte dans une lettre au "dircab" de la Ministre des Outre-mer se félicite de la volonté du Premier Ministre de s’engager à hauteur de 50 millions pour Mayotte et rappelle que dans ce cadre, il faut tenir la promesse de défiscaliser les indemnités d’éloignement.


- 15 mai : suite aux multiples sollicitations du SNES, le Directeur de cabinet de la Ministre des Outre-mer nous a fait une réponse officielle : une réunion avec l’Intersyndicale sera organisée à Paris le mercredi 1er juin. L’attractivité de la Fonction Publique à Mayotte sera traitée :
- reconstitution de carrières ;
- fiscalisation de l’IE-ISG : état d’avancement ;
- amélioration des conditions de carrière. Autres mesures. Formation.
Bien évidemment, le SNES Mayotte attend que cette réunion débouche sur des mesures concrètes pour des collègues qui sont en train de rédiger leurs déclarations !

Barrage Mayotte

- Pour en savoir plus, consultez le site du SNES Mayotte :